Les projets chinois au Laos, Vietnam et Cambodge

Sur les vingt dernières années, la Chine s’est montrée particulièrement active en matière de financement de projets d’infrastructures, d’IDE ou encore en matière d’aide publique au développement même si, en Asie du Sud-Est, les bailleurs traditionnels (Union européenne, États-Unis, Japon) restent les plus généreux[1]Disposant depuis 2018 de sa propre banque de développement (CIDCA, Agence Chinoise de Coopération Internationale au Développement), la Chine fait de sa capacité à financer le développement un véritable outil de politique étrangère. Dans ce contexte, une attention particulière est prêtée par les autorités chinoises à la « logique de connectivité » (Franck M., Fau N., 2023) pour orienter ces flux financiers en Asie du Sud-Est. Ainsi, l’Asie du Sud-Est continentale, en particulier sa partie orientale, se caractérise par l’ancienneté et l’intensité des projets financés par la Chine. Le Vietnam, fort de son expérience historique au contact direct de la Chine, reste toutefois moins concerné par les investissements chinois dans le domaine des infrastructures. La participation du Vietnam au projet BRI (Belt Road Initiative) est à ce titre très limitée, tandis que malgré les efforts de communication autour de cette initiative, l’on peine à identifier les projets estampillés BRI ou encore le tracé exact desdites routes. Aussi, il convient de rappeler que la Chine n’a pas attendu le lancement des routes de la Soie pour investir dans les transports en Asie du Sud-Est (Taillard C., 2019).

Alors que la définition de l’OCDE renvoie à une vision développementaliste et financière (Franck M., Fau N., 2023) de la notion d’aide, l’acception chinoise prend en compte les dons en nature, les aides non monétaires, l’aide technique et militaire, les annulations de dette, les bourses, les échanges universitaires (Sears, 2018). De plus, la conception chinoise de l’aide publique au développement comprend également des instruments d’investissement (entrée au capital d’entreprise privées, prêts bancaires) (Bertuzzi et al., 2019) et des opérations à but commercial et lucratif. C’est ainsi que la base de données AidData distingue les ODA (dons et prêts à taux subventionnés) qui, dans le cas chinois représentent moins de 20 %, et les OOF (Other Official Flows) qui renvoient à toutes ces opérations commerciales, aux investissements et autres projets à but lucratif. Les projets qualifiés de « vague » dans la base de données concernent des projets se situant entre les ODA et les OOF. 

Cette base de données exploitée, entre autres, par M. Franck et N. Fau permet un aperçu de l’aide publique chinoise au développement. Entre 2000 et 2017, cette aide à destination de 165 pays, représentait une valeur totale de 843 milliards US (13 427 projets). Entre 2000 et 2021 AidData estimait à 1340 milliards de dollars la valeur des 17 957 projets chinois à travers le monde ; 1249 projets sont identifiés pour l’Asie du Sud-Est (sur un total de 17 957 projets) représentant 169,8 milliards de dollars (tableau 2). Dans le détail, parmi les projets chinois dits de développement, l’on retrouve des projets immobiliers, des participations dans le capital d’entreprises privées ou encore des projets liés à l’énergie, des projets d’infrastructures économique, industrielles, agricoles ou encore de transport. 

Tableau 2 : Nombre et valeur des projets financés par la Chine en Asie du Sud-Est entre 2000 et 2021 (valeur en millions de dollars constants de 2021)

Pays receveursValeur des projets Nombre de projets
Indonésie55 200437
Viet Nam29 000191
Laos22 000347
Cambodge17 700417
Malaisie16 000176
Myanmar14 500495
Philippines8 100267
Brunei2 10053
Thaïlande5 200116
Timor-LesteND131
Source : Base de données AidData (2023)

Sur la période 2000-2021, le Vietnam se place à la deuxième place des financements chinois en Asie du Sud-Est avec 191 projets pour une valeur totale de 29 milliards de dollars US. Alors que le Vietnam se caractérisait par une certaine retenue dans l’accueil des capitaux chinois avant 2017, on assiste dès lors à un puissant rattrapage puisque les nombre de projet et leur valeur a doublé entre 2017 et 2021 (98 projets d’une valeur totale de 18,45 milliards en 2017 contre 191 projets d’une valeur totale de 29 milliards en 2021). Ces chiffres corroborent le rapprochement observé entre Ha Noi et Beijing qui, bien que n’ayant pas réglé leur différend en mer de Chine méridionale, déploient des coopérations tous azimuts dont le but principal est de favoriser l’entraide mutuelle nécessaire à la survie de leurs régimes autoritaires. Toutefois, le Vietnam souhaitant encore rester en marge de la BRI, c’est vers la production d’énergie que les flux financiers chinois se dirigent majoritairement au Vietnam. À noter également que le pays a également montré sa capacité à diversifier ses sources de financements.

Figure 1 : Projets chinois par type de flux financier au Vietnam, Laos, Cambodge (source : AidData, 2023)

Sur la période 2000-2021, le Laos se place à la troisième place des financements chinois en Asie du Sud-Est, avec 347 projets pour un montant total de 22 milliards de dollars (d’après la base de données China AidData). La position stratégique du pays pour la Chine en fait effectivement une destination de choix pour les investissements chinois. Le projet le plus connu concerne la LGV Kunming-Vientiane-Bangkok, corridor indochinois des nouvelles routes de la Soie, dont le tronçon laotien a été inauguré en décembre 2021 (carte). Mais le secteur de l’énergie (barrages hydroélectriques et lignes de transport d’électricité) est également concerné par le déversement de capitaux chinois puisque ceux-ci représentaient, pour la période 2000 et 2021, 12 milliards de dollars (soit 54,5 % du montant total des projets chinois au Laos). 

Au Cambodge, on dénombre 417 projets entre 2000 et 2021, tandis que leur valeur totale représente 17,7 milliards de dollars américains. En 2017, la base de données AidData recensait 261 projets (10,3 milliards de dollars américains) ; l’augmentation est donc également notoire sans constituer pour autant une rupture nette avec la période précédente. La valeur totale des projets, en comparaison à leur nombre, reste toutefois assez faible, ce qui participe de la stratégie hégémonique chinoise dont le soft power dans les domaines de la culture, de l’éducation ou l’humanitaire est un des piliers principaux. Comme relevé par M. Franck et N. Fau (2023), les projets se concentrent sur les corridors méridiens et transversaux, mais aussi à la frontière avec le Laos ou sur le littoral (énergie, tourisme, immobilier). 

Figure 2 : Projets chinois par secteur au Vietnam, Laos, Cambodge (source : AidData, 2023)

Pour aller plus loin :

Franck Manuelle et Fau Nathalie, 2023, « Le déploiement spatial des flux financiers publics chinois en Asie du Sud-Est : une analyse à partir de la base AidData », Moussons, 41 |, 63-108.

Lafaye de Micheaux Elsa, 2023, « L’aide chinoise au développement en Asie du Sud-Est : prendre la mesure d’un déploiement régional en profondeur », Moussons [En ligne], 41, 27-61.

Taillard Christian, 2019, « La ligne à grande vitesse Kunming-Vientiane-Bangkok : des corridors de la Région du Grand Mékong aux Nouvelles routes de la soie », Espace Géographique, 3 : 199-216.

Base de donnée AidData 3.0 : https://www.aiddata.org/data/aiddatas-global-chinese-development-finance-dataset-version-3-0


[1] D’après l’OCDE, rom 2002-2017, Japan was the largest donor to Vietnam accounting for USD16.57 billion, followed by the World Bank (USD12.53 billion), Asian Development Bank (USD2.71 billion), France (USD2.62 billion), Germany (USD1.92 billion) and South Korea (USD1.77 billion). In terms of ODA loans alone from 2009-2014, Vietnam received only USD290.4 million from China which was much smaller than Japan (USD7.18 billion), World Bank (USD6.46 billion), Asian Development Bank (USD1.6 billion), South Korea (USD793 million) and France (USD956 million). 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yves Duchère (30 juin 2024). Les projets chinois au Laos, Vietnam et Cambodge. Việt Nam ơi ! Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wov


Yves Duchère

Géographe (Université d'Angers-Institut franco-chinois, Ningbo), spécialiste de l'Asie du Sud-Est et du Vietnam, Yves Duchère a séjourné plusieurs années consécutives au Vietnam où il a mené des recherches scientifiques portant sur les villages de métier du delta du fleuve Rouge et occupé des responsabilités en tant qu'urbaniste. Auteur de plusieurs articles et ouvrages, son dernier livre intitulé "Vietnam et États voisins. Géopolitique d'une région sous influences" est paru chez Armand Colin (Collection U) en octobre 2023. Ses champs de recherche ont trait à l'urbanisation en contexte autoritaire, aux interactions environnement-société en milieu urbain et, plus récemment, aux dynamiques et enjeux géopolitiques qui traversent le Vietnam à un moment où le nouveau centre de gravité géoéconomique et géopolitique du monde s'ancre de plus en plus en Asie du Sud-Est et orientale.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/06/2024

    […] Les projets chinois au Laos, Vietnam et Cambodge – Việt Nam ơi ! — À lire sur vietnamoi.hypotheses.org/2041 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search